Appartements Spetsai
juin 7, 2017
Viaduc Antoing
mai 11, 2015
S

Project info

Projet à caractère fédérateur.

La Maison de Quartier Saint-Antoine est un espace de rencontre, d’expression et de convivialité qui permet aux habitants du quartier - toutes origines confondues- de tisser des liens afin de renforcer l’estime de soi, le dialogue et d’oeuvrer ensemble pour la cohésion sociale dans le quartier dans une dynamique de participation citoyenne.

Avant travaux, l’espace pâtissait d’une absence d’activité renforcée par le mur de jardin. Il en résultait une absence d’appropriation de ce lieu par les habitants avec de nombreuses dégradations du mobilier urbain. Ce projet de rénovation a pour ambition de définir un lieu fédérateur dans le quartier tant par sa fonction d’équipement de proximité que par son identité au sein de l’espace public. L’insertion du projet dans le tissu urbain permet d’assurer une interaction avec le contexte sur les trois côtés de la parcelle. Le nouveau bâtiment permet de revitaliser et dynamiser cet espace laissé à l’abandon.

L’aménagement prévu dans l’ancienne Maison de quartier respecte en grande partie les divisions actuelles du plan dans un esprit plus proche de la restauration. L’ensemble des trois logements et la nouvelle salle polyvalente sont implantés dans une seule construction à l’angle de la rue de Padoue et de la rue des Moines, bâtiment iconique conférant l’identité marquante de la maison de quartier dans le tissu urbain. Le nouveau bâtiment d’angle se développe sur quatre niveaux. Le rez-de-chaussée est occupé par la nouvelle salle polyvalente s’affirmant visuellement sur l’espace public. De cette manière, la MQSA est visible tant depuis le parvis Saint-Antoine que de la rue des Moines, favorisant son caractère fédérateur dans le quartier.

S’approprier les lieux

Le bureau d’architecture FP Architectes, situé à Bruxelles, a été désigné pour mener ce projet. Fondé par Stéphane Faidherbe et Luis Miguel Pinto Gonçalves à la sortie de leurs études, le bureau a remporté au fil des années différents prix dans le domaine de l’architecture. Soucieux des utilisateurs finaux et considérant les espaces bâtis comme des lieux qu’il faut s’approprier, ils s’appuient pour leurs projets sur la volonté de permettre à chaque utilisateur d’habiter l’architecture.

D’autre part, la dimension environnementale est un moteur très important dans leur conception architecturale. Leurs projets sont conçus pour qu’ils soient très économes en énergie. En même temps, une recherche approfondie est faite sur l’implantation, l’orientation, le choix des matériaux pour permettre d’atteindre des performances importantes par l’architecture elle-même plutôt que par l’adjonction de techniques sophistiquées.
Nos travaux privilégient une approche « low-tech » qui autorise la prise en main aisée des bâtiments par les utilisateurs : la simplicité d’usage nous semble indispensable au développement durable des futures constructions. C’est un défi majeur de l’architecture de demain : concevoir des bâtiments de manière responsable.

Stéphane Faidherbe

L’inspiration pour ce projet est venue du bâtiment existant. C’est le lieu qui a donné l’inspiration. La Maison de Quartier Saint- Antoine fait partie de la mémoire collective du quartier. Le parcellaire était à l’origine cerné d’un mur, prolongation aveugle des façades du bâtiment existant. FP Architectes a voulu réinterpréter cela. Les nouvelles parties du bâtiment s’approprient le langage de l’existant pour progressivement se développer en une nouvelle expression formelle qu’est le bâtiment d’angle.

Expérience et confiance

Sa longue expérience avec les membranes Derbigum® et l’applicateur local Dim Toitures ont fait que Stéphane Faidherbe ait choisi sans hésitation Derbigum. Le passage qui lie le bâtiment existant au nouveau a été muni d’une toiture verte. Pour la facilité tant du point de vue de la pose que de l’entretien, le choix s’est porté sur le système de toiture verte Derbisedum® posé sur une étanchéité Derbigum® SP Anti-Racines. Ainsi, cette partie de toiture visible ne devient pas seulement plus esthétique, elle apporte également sa petite pierre (ou plutôt petite plante) à la biodiversité en ville.